Et si notre cerveau influençait notre comportement ? Si l’on applique le modèle de Hermann (présenté dans l’article sur les préférences cérébrales), chaque individu possède une carte mentale unique qui lui fait percevoir le monde à travers le prisme de ses préférences cérébrales. Ainsi il devient possible de comprendre comment nos choix professionnels, notre manière de travailler, d’apprendre, de manager et de communiquer sont influencés par nos préférences cérébrales.

Préférences cérébrales et traitement de l’information

Le modèle de Hermann présente le cerveau en quatre régions. En fonction de ses préférences cérébrales, chaque individu traitera les informations qui arrivent à son cerveau de façon différente.

Le cerveau cortical gauche (bleu) est la base de données : c’est le disque dur qui contient les informations. Le rationnel y piochera les informations dont il a besoin pour les comparer à celles qu’il reçoit par exemple.

Le cerveau limbique gauche (vert) correspond plutôt à la boite à outils. C’est dans cette zone qu’une personnalité organisée et structurante fera le plus appel.

Le cerveau cortical droit (jaune) est utilisé pour concevoir, créer et imaginer des scénarios ou concepts. Le stratège stimulera majoritairement cette zone de son cerveau.

Le cerveau limbique droit (rouge) permet une aisance en animation de groupe et communication. Ce sont les communicants qui utilisera principalement c dernier quadrant.

Les types de personnalités associées à chaque quadran

Puisque chaque zones du cerveau correspond à une utilisation particulière des informations, alors il est évident que chacun des quadrans du modèle Hermann correspond à un type de personnalité particulier.

Nous retrouverons dans le quadrant jaune les personnalité dites « stratège » qui aime imaginer, concevoir des scénarios et expérimenter les choses.  Il s’agit majoritairement de chefs d’entreprises. En effet, la majorité des dirigeants aiment prendre des risques et ont une vision à long terme de leur société. Dans le quadrant rouge, nous retrouverons les personnalités « communicantes ». Elles ont besoin d’exprimer leurs émotions, de partager et discuter avec les autres. Il s’agit par exemple d’un animateur en centre aéré. Ces deux personnalités sont à cerveau droit dominant, avec un traitement global des informations.

Dans le quadrant vert nous retrouverons les personnalité dites « prudentes », qui ont besoin de contrôler les informations reçues en les classant dans des catégories, en utilisant des outils ou en établissant des procédures. Ce sont des personnes qui gardent le contrôle de leur émotions, à l’inverse du communiquant qui les exprime. Nous retrouverons ici beaucoup de comptables ou de responsables qualité par exemple. Le quadrant bleu rassemble les personnalité dites « rationnelles » qui traitent les informations en les analysant et les comparant avec les informations contenues dans leurs base de données existantes. Elles sont très logiques, critiques et aiment manipuler les chiffres. L’on retrouvera majoritairement les directeurs financiers dans cette catégorie. Ces deux personnalités sont à cerveau gauche dominant, avec un sens du détail développé.

Comment détecter la préférence cérébrale de quelqu’un ?

Comme je le précisais dans l’article « Quelle est ta préférence cérébrale ? », c’est également un outil qui permet de cerner rapidement la personnalité de quelqu’un. Prenons l’exemple de cette photo ci-dessous. Le langage corporel (ou langage non-verbal) est un très bon indicateur du type de quadrants auxquels appartiennent ces deux interlocuteurs.

Sur notre droite nous avons une personnalité encline à la discussion, qui semble aimer communiquer et exprimer ses émotions (quadrant rouge) et pourrait vraisemblablement appartenir au cerveau droit. Dans cette situation précise, nous pouvons supposer qu’il s’agit d’un dirigeant d’entreprise qui reçoit un salarié : il y a donc de fortes chances qu’il appartienne également au quadrant jaune, compte-tenu de sa gestuelle.

A gauche, nous avons plutôt affaire à une personnalité dans le contrôle de ses émotions (quadrant vert) et dont l’expression faciale indique une réflexion accrue liée au cerveau cortical. Sachant qu’il est très rare qu’un même individu appartienne à des quadrant diamétralement opposés, il y a peu de chance qu’il appartienne au quadrant cortical droit. Nous pouvons supposer qu’il correspond au quadrant bleu également (cortical gauche).

Comme vous pouvez le voir, une analyse rapide de la communication verbale et non verbale d’un individu peut nous apprendre énormément sur la façon dont il traite les informations.

Conclusion : Si nous apprenons sur nous-même et sur notre entourage, il nous sera plus aisé à tous de communiquer avec calme et harmonie.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :