Il t’est surement déjà arrivé de traverser une crise existentielle. Tu t’es alors peut-être demandé(e) comment retrouver ta voie ? Je te raconte aujourd’hui la mienne, et comment l’ikigai m’a aidé à me (re)trouver. 

Il y a quelques mois de cela, j’ai traversé une période difficile professionnellement. Cela m’a amené à me poser de grosses questions sur la raison pour laquelle j’en étais arrivée là.  Et l’impact sur ma vie personnelle était tel qu’on peut dire qu’il s’agissait d’une petite crise existentielle… J’avais tellement besoin de comprendre ce qui m’arrivais que j’ai fouillé et fouillé et j’ai fini par trouver ce qu’il me fallait : l’IKIGAI.

Il y a deux mois je t’ai présenté dans l’article « IKIGAI : Comment trouver ta raison d’être » à quoi sert cet outil et comment l’utiliser.

Dans celui-ci, je te raconte comment cet outil m’a aidé à me (re)trouver. 

Mon parcours 

Pour que tu comprennes comment l’ikigai peut être puissant, je vais commencer par te présenter mon parcours professionnel et personnel.

De passionnée de biologie à ingénieur agroalimentaire

Je suis née et j’ai grandi en Martinique avec comme passion l’amour de la nature, de la biologie et du végétal. J’ai donc suivi un parcours scientifique avec une dominante Sciences de la vie. Je suis ensuite partie à 19 ans en France pour poursuivre  mes études et j’ai intégré l’école d’ingénieur agronome-agroalimentaire de Montpellier Supagro.

Et comme je venais d’une île tropicale, j’ai choisi d’intégrer l’Institut des Régions Chaudes qui a comme spécialité de former à la valorisation des produits tropicaux. J’avais choisi cette école car j’ai toujours souhaité valoriser les matières premières de mon île.

Jusque là tout roule, tout coule de source…

Diplômée avec double compétence…

Diplôme d’ingénieur en poche, je retourne en France car mon stage effectué en Martinique ne débouche par sur une embauche, faute de moyens financiers dans l’entreprise. Je décide donc d’entamer une année supplémentaire d’études. J’ai toujours été convaincue que j’allais un jour être amenée à créer une entreprise et qu’il me fallait apprendre des compétences en financement et gestion de projets. J’ai donc choisi d’acquérir une double compétence en gestion de projets et  création d’entreprises innovantes.

Bon maintenant, faut bien se lancer ! Etudes terminées, bienvenue sur le « marché de l’emploi ». Je trouve que le terme est bien réaliste car c’est pour le coup un vrai marché… Un an de recherche d’emploi, de démarchage, de vente de soi, et de recherche de soi aussi ! Mais ma persévérance, mon envie d’avancer m’ont aidé à surmonter cette traversée du désert. Je réussis donc enfin à signer un CDI pour un poste de consultante en stratégie de l’innovation fin 2016. Poste que j’occupe encore aujourd’hui.

La crise existentielle : où suis-je et où vais-je ?

Un an après mon embauche, je traverse une période de remise en question profonde. J’en suis arrivée à effectuer beaucoup de mes actes par automatismes, sans savoir ce que cela m’apportait personnellement. Suis-je épanouie ? Est-ce que je contribue à un monde meilleur ? Ce que j’apprends me sert-il et me servira-t-il plus tard pour mes projets ?

En fait, jusqu’ici j’ai  toujours fait mes choix de façon naturelle en sachant dans quelle direction je souhaitais aller, pourquoi j’y allais et quelle était la prochaine étape. Mais à cet instant-là, c’était la première fois que je me sentais perdue. Perdue, tu sais, comme dans un labyrinthe. Comme si j’avais foncé pendant des années et paf ! tout d’un coup je tombe face à un mur du labyrinthe. Dois-je sauter par-dessus le mur ou faire demi-tour ?

Par épuisement, faute d’avoir trop couru sans me reposer pendant plusieurs années depuis mon adolescence, j’ai eu envie de m’asseoir face à ce mur. Stop. Et si je soufflais un peu ? Tous mes plans, tous mes projets, tous mes rêves s’étaient chamboulés dans ma tête…

Je me suis alors demandée comment retrouver la vue dans ce brouillard et je suis tombée sur cet outil puissant : l’ikigai.

L’ikigai m’a aidé à me (re)trouver

L’ikigai est une technique japonaise aidant à trouver sa raison d’être sur terre. Elle croise 4 aspects de notre vie : nos passions, notre profession, notre vocation et notre mission. Si tu veux comprendre plus en détail l’intérêt de cette technique je te conseille de jeter un coup d’œil à l’article « Ikigai : comment trouver ta raison d’être ».

J’ai donc décidé de remplir mon ikigai pour (re)trouver ma voie. Je mets « re » entre parenthèse car au fond de moi, je sais que quelque chose de fort sait précisément ce que je dois faire et où je dois aller. Mon intuition sait que je ne suis pas perdue. Il me suffit juste de retrouver mon chemin. De faire pause, respirer un grand coup et repartir en route vers mes aspirations.

Parfois se perdre est le meilleur moyen de se (re)trouver

Parfois se perdre est le moyen le plus efficace pour se trouver. C’est quand on se perd qu’on finit par se poser LA bonne question : pourquoi ? Sous-entendu, pourquoi je fais ça ? Pourquoi suis-je où je suis aujourd’hui ? Réaliser mon ikigai m’a aidé à poser les mots (et panser les maux) sur une feuille.

Mon ikigai

Je te laisse découvrir comment j’ai rempli mon ikigai :

J’aime écrire, j’aime partager avec les autres, transmettre un savoir. Je suis douée pour l’enseignement et l’écriture, et je veux aider l’humanité s’enrichir pour vivre une vie réussie chaque jour et en respect avec la nature. J’aime aussi cuisiner, faire de la pâtisserie. J’aime aussi la science : la psychologie, la biologie, les neurosciences. Je suis douée pour créer des recettes naturelles pour les cheveux, pour comprendre les autres et leurs comportements (psychosociologie). Et pour finir, je suis passionnée par le changement, l’élévation de soi, le développement personnel.

Bref, autant de choses qui ont un point commun : la nourriture de l’être ! La nourriture intellectuelle (science, lecture, etc), physique (cuisine, soin des cheveux et du corps, etc.) et spirituelle (développement personnel, foi, etc.).

A la croisée de mes passions, ma vocation, ma mission et ma (ou mes futures) professions, j’y ai trouvé mon ikigai.  Je veux aider l’humanité à se nourrir intellectuellement, physiquement et spirituellement.  

Ma révélation : on peut vivre son ikigai de multiples manières

Ce jour-là j’ai compris quelque chose de grandiose. Quelque chose qui m’a soulagée. J’ai compris qu’en réalité il me suffisait simplement que chacun de mes futures actions ou futurs projets contribuent à remplir mon ikigai. Quelque soit le moyen, la manière, l’outil utilisé, il suffirait que je soit à la croisée des 4 domaines. Et en réalité, il y a de multiples manières de réaliser son ikigai.

Si mes projets d’entreprises prennent du temps, ce n’est pas grave… ! Je peux toujours créer ou faire quelque chose entre temps qui me permette de vivre mon ikigai d’une manière différente.

Je me suis donc demandée, avec les moyens dont je disposais ce jour-là, en décembre 2017, ce que je pouvais commencer pour vivre mon ikigai. Eh bien, devine quoi… j’ai créé ce blog ! C’est venu à moi comme une évidence ! Pourquoi pas commencer par diffuser mes connaissances, mes expériences et mon parcours aux autres dans un premier temps ? Keysofsuccesslife est alors né !

« Nourish your mind, body and soul » est mon ikigai. 

Le changement c’est maintenant…

Depuis cela, je sens qu’un grand changement est à venir dans ma vie, qu’elle amorce un virage à 90°C. Et même si rien n’est encore sur et précis, je sais au fond de moi ce qui m’anime et pourquoi je poserai chacune de mes prochaines actions. Maintenant je sais ce que je vais trouver au cœur du labyrinthe. Je sais aussi que tous les détours effectués et toutes les cartes que j’ai amassées sur mon passage me serviront un jour ou l’autre.

Et c’est ça l’important… Agir en conscience, savoir POURQUOI on effectue les choix qu’on fait et pardessus tout avoir foi en son avenir.

Et toi ? Sais-tu quel est ton ikigai ? 🙂

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :